Steve Jobs pas si gentil que ça ou comment calmer une étudiante version Apple !


L’histoire, quelque peu insolite nous est rapportée par les journaux « Gawker » et « The Guardian », illustre parfaitement les difficultés que peuvent rencontrer les journalistes, et encore plus, les étudiant(e)s en journalisme, avec Apple, peut-être la plus secrète des entreprises high-tech.

Chelsea Issac, une étudiante en journalisme de 22 ans, envoie plusieurs mails au service des ralitions publiques d’Apple, pour lesquels elle n’aura jamais de réponse.

Elle a absolument besoin de compléter un devoir sur l’implémentation d’une application iPad pour son université de Long Island.

Mais elle ne perd pas courage,elle decide d’envoier directement un e-mail à Steve Jobs, pour tenter d’obtenir les réponses que le service de presse ne lui a pas envoyées.

L’étudiante sait que Steve Jobs a pour habitude de répondre parfois personnellement aux messages qu’on lui envoie.
Mais elle ne s’attendait certainement pas à des réponses aussi cinglantes. Il faut dire que Chelsea n’y ai pas allée de main morte !

Une étudiante qui n’a peur !

Dans son premier message, ayant comme objet de mail : « Etudiante journaliste inquiète par le département des relations presse Apple », elle explique que « finir cet article est crucial pour sa note et qu’il pourrait être potentiellement publié dans le journal de l’université ».

Elle poursuit en passant la pommade au big boss tout en critiquant sévèrement le service presse d’Apple : « En plus de cette hypocrisie, qui consiste à ignorer les besoins des étudiants, alors qu’ils représentent une entreprise qui fait tant pour nos écoles, ils sont également incapables de répondre aux demandes des journalistes à temps. Malheureusement, pour un journaliste professionnel, une absence de réponse ne leur coûtera pas une mauvaise note, cela pourrait leur coûter leur boulot. »

Une vague tendance à l’exagération qui n’a pas bien plus à Steve Jobs, qui lui répond moins d’une heure plus tard : « Vous aider à avoir une bonne note ne fait pas partie de nos objectifs. ». Signé, « Envoyé de mon iPhone » (1).

Pas déboulonnée, Chelsea répond à Jobs dans la foulée, toujours à propos du service de presse qu’elle décrie : « Oubliez ma situation personnelle, mais pensez à la simple courtoisie. Si vous recevez un message d’un client, en tant qu’employé, n’est-ce-pas votre travail de répondre aux appels ? » « Non, répond Steve Jobs, nous avons plus de 300 millions de clients et ne pouvons répondre à leurs requêtes à moins qu’elles impliquent un problème. Désolé. »

L’étudiante, décidément tenace, répond encore : « Je SUIS l’un de vos 300 millions de clients. Et J’AI un problème ; j’ai besoin de réponses que seul le département de relations médias d’Apple peut me donner. » Visiblement agacé, Steve Jobs lui répond une dernière fois, de façon on ne peut plus lapidaire, « Laissez-nous tranquilles ! ».

La jeune Américaine contre la grande machine Apple : un combat perdu d’avance pour l’étudiante, qui ne savait peut-être pas encore qu’obtenir des informations d’Apple relève souvent du calvaire.

Il faut aussi préciser que, au-delà du ton un brin immodeste de la jeune fille, la signature de ses e-mails n’a pas dû aider : « envoyé de mon BlackBerry avec T-Mobile » !

La prochaine fois choisissez un sujet en rapport avec Microsoft

Une réponse à “Steve Jobs pas si gentil que ça ou comment calmer une étudiante version Apple !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s